Classification des troubles mentaux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Classification des troubles mentaux

Message  apple le Jeu 28 Jan - 13:56

Cours1
OBJECTIFS :
-réfléchir ce qu’est un comportement pathologique ;
-connaissance d’un système de classification utilisé mondialement, avec ses points forts et ses points faibles : DSM IV-TR ;
-description clinique de quelques troubles au travers du DSM IV -> comment poser un diagnostic ?

DSM IV=POSER UN DIAGNOSTIC= trouver une maladie, un trouble mental en fonction de signes objectifs.

I. HISTOIRE DE LA FOLIE
Antiquité
Des archéologues ont trouvé des crânes avec des trous qui semblent avoir été fait avant la mort de l’individu => 1ères méthodes de traitement des troubles mentaux.
Chez les Grecs/Chinois/Hébreux/Egyptiens, on pratiquait l’exorcisme, car la maladie mentale serait due à un démon.
Les premières descriptions de la démence datent de 3000 av. J-C chez les Egyptiens. Chez les Grecs, c’est la manie-mélancolie. Dans Samuel I, la dépression est décrite.
CCL-
Le trouble mental est au départ expliqué d’une manière surnaturelle.
A partir des Grecs, avec Hippocrate notamment, il y a un changement : THEORIE DES HUMEURS -> les troubles de l’humeur sont des troubles psychiques.
=>lien entre la bio et la psycho

De l’Empire Romain au Moyen-âge
Reprise des idées de PLATON avec la mise en place de l’Eglise Chrétienne ->dualisme corps/esprit.
La chute de l’Empire Romain, et les invasions barbares ont conduit vers l’AGE DES TENEBRES, où règne l’obscurantisme religieux : le malade est habité par un démon.
Les malades étaient été brûlés.
Question de Jeanne d’Arc->trouble mental ?

De la sortie des Ténèbres à la Renaissance
(Entre 1000 et 1300)
Réveil de la vie intellectuelle => création des Universités d’Europe.
Les croisades permettent la redécouverte des textes d’Aristote qui avaient été conservés et traduit par les peuples arabes.
Saint THOMAS D’AQUIN (1225-1274) réhabilite la Raison face à la croyance religieuse.

Emergence de la Science Moderne
N.COPERNIC (1473-1543) et GALILEE (1564-1642) avec leurs travaux sur les mouvements des planètes.
=> découverte du déterminisme, utilisation des équations : monde organisé en termes de prédictions rationnelles.
=>la Terre tourne autour du Soleil (Héliocentrisme) -> la place de l’Homme est décentrée.
Parallèlement, le sort des patients ‘s’améliore’ on ne les brûle plus, mais leurs thérapies douloureuses sont plus longues.
Philippe PINEL (1745-1826), leader de la Révolution Française et directeur de Bicêtre.
=>les patients restent isolés, mais ne sont plus enchaînés.
=>on commence à observer et à classifier ce que l’on observe -> les fous ne sont pas tous fous de la même façon.
Emile KRAEPELIN (1855-1926), ‘Traité de Psychiatrie’
=>1ère classification moderne pour transmettre son savoir de façon organisée.
Il fait la différence entre la démence précoce (qui mène au tableau clinique de la schizophrénie) et la démence sénile.
Sigmund FREUD (1856-1939), invention de la Psychanalyse.
=>construction d’une méthode de prise en charge des malades autour de l’inconscient.
Les moyens thérapeutiques de l’époque pour traiter les patients étaient très faibles, d’où utilisation de la cocaïne.

Conception de l’origine organique
PASTEUR (1822-1895)
=>lien entre micro-organisme et maladie : s’il y a un micro-organisme, il y a une maladie.
Cependant, paradigme limité (ex. sida, tuberculose ->micro-organisme sans maladie).
Lien entre micro-organismes et maladies mentales ??
Julius WAGNER VON JAUREGG (1857-1940), Prix Nobel 1927 pour avoir mis au point la « malaria-thérapie ».
=>il guérissait certains troubles mentaux grâce à la malaria.
Il avait observé la disparition de la démence précoce (en réalité il s’agissait du ‘Mal de Naples’, c’est-à-dire de la syphilis qui provoque une dégénérescence précoce) lors de la contraction de la malaria (qui tué la bactérie de la syphilis).
Ce traitement fut utilisé jusqu’en 1941 où la pénicilline découverte en 1928 lui succéda.

Développement de la psychopharmacologie 50’
->approche chimique des problèmes mentaux
DELAY et DENIKER découvrent la chlorpromazine => 1er anti-psychotique, commercialisé dès 1952 (pour les problèmes de peau et les règles douloureuses).
Cette molécule était au départ utilisée pour l’anesthésie.
=>invention du terme Neuroleptique.
KUHN en 1958 découvre l’effet de l’imipramine => 1er anti-dépresseur, découvert lors des recherches pour trouver d’autres antipsychotiques.

L’Anti-Psychiatrie, 70’
Face à cette course aux molécules pour le traitement des maladies de façons organiques, un nouveau courant se développe.
L’Anti-Psychiatrie veut replacer la maladie mentale dans le cadre sociale, et une reconsidération du patient au sein de sa famille.
->fonction des fous dans le système.
Ce courant va avoir de l’influence dans la formation des psychiatres qui suivaient une formation biomédicale et de psychanalyse. Maintenant, leur formation n’est centrée que sur le biomédical.

La perspective Bio-PsychoSociale
Cf.apprentoile

L’O.M.S décrit 4 types de prévention :
-Prévention Primaire : actions pour empêcher le problème, pour éviter le développement du problème.
-Prévention Secondaire : détecter, identifier la maladie le plus tôt possible lorsque le problème a lieu ou lorsqu’il y a des signes.
-Prévention Tertiaire : limiter les conséquences de la maladie.
-Prévention Quartenaire : accompagnement des souffrances.

DEFINITIONS :
MANIE= (du grec ‘mania’=folie) Ancienne dénomination de la folie. Actuellement, ce terme désigne un trouble de l’humeur.
->phase de manie= phase d’hyperactivité, proche de comportements psychotiques.
NEVROSE= (du grec ‘neuron’=nerf et ‘ôsis’=suffixe pour former les noms de maladies non inflammatoires) Trouble fonctionnel apparaissant en l’absence de toute lésion organique caractérisé par une perturbation émotionnelle et par des troubles psychiques dont le sujet est conscient.
PSYCHOSE= (du grec ‘psukê’=esprit et ‘ôsis’) Ensemble des maladies mentales caractérisées par la perte du contact avec la réalité.

=>Ces 2 termes ne sont plus utilisés aujourd’hui dans les DSM IV, néanmoins le tableau clinique névrotique ou psychotique est quand même utilisé en France.

II.NOTION DE NORMALITE
Qualitatif et quantitatif.
=>Un comportement est jugé anormal lorsqu’il ne correspond plus à nos attentes. Le jugement est donc cliniquement significatif.
->jugement selon ce qu’on ressent dans la relation clinique avec le patient.
Le DSM IV donne des outils objectifs qui s’utilisent dans la subjectivité de la personne, du praticien.
La vraie objectivité c’est de savoir qu’on est subjectif.

TROUBLE MENTAL
=syndrome comportemental ou psychologique, cliniquement significatif.
Souffrance Déviance sociale Handicap

**Limites entre normal et pathologique ?
Problème des outils américains, différences culturelles.

Notion de Continuum
Cf.apprentoile
Avant le diagnostic ! => poser la question sur les substances ou alcool.

Comment objectiver le normal et l’anormal ?
NINDI
-Non adapté
-Imprévisible
-Non conventionnel
-Détresse
-Irrationnel
***Important de contextualiser !***
Cf. résumé apprentoile

apple
Psychopathe
Psychopathe

Messages : 41
Date d'inscription : 11/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  apple le Mar 2 Fév - 10:38

Est-ce que quelqu'un aurait la deuxième partie du cours de lundi dernier sur les troubles dépressifs majeurs? je n'ai pas pu rester tout le cours. je vous remercie d'avance.
(je vais poster mes notes de la première partie et des cours précédent dans la semaine);

apple
Psychopathe
Psychopathe

Messages : 41
Date d'inscription : 11/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  apple le Mar 2 Fév - 17:42

Cours 2
III. CLASSIFIER LES TROUBLES MENTAUX
Quelques définitions :
TAXONOMIE=système de classification en catégories.
->la première a été celle des végétaux par Aristote.
->en éthologie (étude des comportements en milieu naturel) classification des comportements humaines dans les années 70’.
NOSOGRAPHIE=classification en catégorie en psychiatrie.
->conceptualisation des maladies qu’on classifie pour communiquer et pour un traitement, un pronostic.
->ici, c’est théorique, donc le DSM IV n’est pas une nosographie.
ETIOLOGIE=science des causes.
->recherche des causes des maladies.
PATHOGENESE=mécanismes, procédés par lesquels les causes déclenchent la maladie.
VULNERABILITE=sous entend une interaction nécessaire entre facteurs organiques et contextuels pour déclencher la maladie.
->comprendre un trouble ne terme de rencontre entre un organisme et son contexte
FACTEUR DE RISQUE=tout ce qui peut augmenter la probabilité de développer la pathologie.
->Facteur corrélé qui peut n’avoir aucune cause directe sur la pathologie.
SYMPTÔME=signe visible d’un dysfonctionnement.
-> signe observable renvoyant à un donnée cachée dont il témoigne.
->exemples typiques : la fièvre renvoie à une infection, la chaleur à une inflammation.
SYNDROME=ensemble typique de symptôme propre à une maladie.
CF diapo apprentoile

Diagnostic et classification
=>l’idée d’une classification a pour but de pouvoir poser un diagnostic dans une perspective éthiologique.
Objectifs d’une classification :
1- Donner une nomenclature aux professionnels : leur donner un langage commun.
2- Servir de base pour organiser et retrouver des informations (faire des liens).
3- Décrire un schéma commun de description des symptômes.
4- Fournir des bases de prédiction : probabilité de l’avenir pour être +/- vigilent.
5- Former la base pour le développement de théories (conséquence du 4-)
6- Servir des fonctions socio-politiques.
=>La connaissance d’un diagnostic doit aider le clinicien à se faire une idée sur l’étiologie, le traitement et/ou le pronostic.

Modèles de classification
3 façons d’appréhender un phénomène.
APPROCHE IDIOGRAPHIQUE, basée sur l’étude de cas. C’est une approche phénoménologique qui a un intérêt pour la variabilité intra-individuelle (comparaison de l’individu à lui-même).
APPROCHE DIMENSIONNELLE, qui est très riche d’informations et qui combine le qualitatif avec le qualitatif.
APPROCHE CATEGORIELLE, approche 0/1 qui apporte peu d’informations.
->c’est l’approche du DSM IV et du CIM 10

DSM-IV-TR et CIM 10
(Aujourd’hui on est au CIM 11)
Différentes classifications dans le temps :
-en 1694, Sir Edward Coke différencie 4 groupes.
-en 1798, Pinel classifie aussi 4 groupes : Idiotie/Manie/Mélancolie/Dépression
-KRAEPELIN Emil (1856-1926) est le premier à proposer une nosographie dans l’approche psychiatrique afin de transmettre ses connaissances à ses étudiants (il est donc amené à catégoriser sans le vouloir).
->distinction entre démence sénile, qui évolue vers Alzheimer, et la démence précoce, qui évolue vers la schizophrénie.
-en 1840, recensement aux USA qui donne 2 catégories, puis 7 catégories en 1880.
Après la Seconde Guerre mondiale, il y a un besoin de développement important des systèmes de classification aux USA : besoin de classifier les troubles des vétérans afin de les rémunérer.

Les classifications internationales.
CIM-Classification Internationale des Maladies
 1950 : CIM 6
A la base, il est établit pour les causes des maladies. A partir des années 50’, morbidité, où classification des troubles qui entrainent une grande souffrance mais pas toujours la mort.
DSM-Diagnostic and Satistical manuel of Mental disorders
 1952: DSM-I
 1968: DSM-II
 1980: DSM-III
 1987: DSM-III-R
 1994: DSM-IV
 2001: DSM-IV-TR
 2011: DSM-V
Caractéristiques communes au CIM 10 et au DSM-IV
-Syndrome cliniquement significatif (intensité, durée et fonctionnement) ;
-Il ne s’agit pas d’une réponse ‘normale’ face à un évènement (ex : deuil…) ;
-Syndromes pas fondés seulement sur les traditions de la société.
-Description d’une hiérarchie entre symptômes et syndrome (a-théorisme descriptif, liste de critères…).

Caractéristiques du DSM-IV-TR
->évaluation multiaxiale.
AXE I. TROUBLES CLINIQUES (troubles anxieux, dépressifs, bi-polarité…)
AXE II. TROUBLES DE LA PERSONNALITE ET RETARD MENTAL (système de vulnérabilité).
AXE III. AFFECTIONS MEDICALES GENERALES (troubles liés à une lésion biologique dans le cerveau).
AXE IV. PROBLEMES PSYCHOSOCIAUX ET ENVIRONNEMENTAUX (différents évènements dans l’année écoulée)
AXE V. EVALUATION GLOBALE DU FONCTIONNEMENT (comment la personne fonctionne ?)

Avantages du DSM-IV-TR
=>Classification A-THEORIQUE
-Clinique : Langage commun pour une communication sur les patients entre professionnels de différentes perspectives. Diagnostics plus fiables.
En effet, dans les années 50’, 1/3 des patients pouvaient avoir 3 diagnostics différents selon le psychiatre.
-Recherche : description des syndromes (les causes peuvent ensuite être abordées avec toute théorie), partage d’information au niveau international.


Limites du DSM-IV-TR
=>Classification A-THEORIQUE
-comment une classification peut-être a-théorique ? Assomptions de bases non explicites (ex : la hiérarchie des symptômes et syndromes…) donc pas de discussion possible.
-limite de l’approche catégorielle.
-difficulté de prendre en compte l’aspect développemental.
-étiquetage et réification.

Codage
Le DSM-IV-TR utilise un double codage.
CF apprentoile

Problème d’étiquetage
Il existe 2 types de théories :
-Primaire : courant anti-psychiatrique.
=>remise en cause de la définition de la folie : la société crée la folie en la stigmatisant.
En stigmatisant les troubles, il se cristallise.
Danger de l’étiquetage, de la stigmatisation de diagnostics sur la personne qui peut conduire à une cristallisation.
-Secondaire.
=>le fait de poser une étiquette ne va pas forcément créer la maladie, peut-être juste l’influencer.
Problème de l’étiquetage, car poser un diagnostic stigmatise la personne au niveau social d’une façon positive ou négative.
Quel est l’impact quand on pose un diagnostic ? A-t-on toujours besoin d’un diagnostic ? Cela nous met dans quel type d’attente vis-à-vis de l’autre ?

Résumé apprentoile

apple
Psychopathe
Psychopathe

Messages : 41
Date d'inscription : 11/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Cours depuis le début de l'année.

Message  Barbara le Dim 7 Fév - 17:27

Psychopathologie.

Classification des troubles mentaux.

Objectifs:
- Réfléchir sur ce qu'est un comportement pathologique.
- Connaissance d'un système de classification utilisé mondialement: DSM IV - TR.
=> Points forts / Points faibles.
- Description clinique de quelques troubles au travers du DSM IV: comment poser un diagnostic?
Poser un diagnostic, quelle maladie par rapport à quels symptômes.

Prévalence de quelques troubles: Déterminer la période / Tant de pourcentage atteint.

Schizophrénie: entre 0 et 1% de la population est atteinte ou va être atteinte. ( études américaines mais généralisées )
Trouble panique: 2 / 3 %
Personnalité Antisociale: 6 /7%
Dépression: 15%
Alcool: 18%
Un trouble quel qu'il soit: 30% de la pop touché par un trouble mental.

Plan du cours:
I - Histoire de la folie.
II - Notion de normalité.
III - Classifier les troubles mentaux.
IV - Description de troubles mentaux.

I - Histoire de la folie.

Vision ethnocentrée ( occidentale )
Découverte de crâne, avec impact sur l'os qui montre qu'on a essayé de soigner surement des troubles mentaux.
Chinois, égyptiens, catholiques: Exorcisme. Une autre approche pour tenter de soigner les maladies mentales ( démons )
Antiquité égyptienne: premier écrit descriptif de troubles mentaux.
Chez les Grecs: Description de la dépression. Samuel 1.
Toujours au départ portée par une explication surnaturel.
Hippocrate: Théorie "biologique" / théorie humorale: Bile Jaune / Noire ( rate. Spleen. Mélancolie ). Lymphe. Sang.

De l'Empire Romain au moyen-âge:
- Idée de Platon: dualisme corps/esprit.
- Mise en place de l'église chrétienne:
=> Reprise du dualisme.
Chute de l'empire romain et invasion barbares.
Age des Ténèbres: Obscurantisme religieux (aussi dans le traitement des maladies mentales. )
Pour "soigner": torture pour faire fuir le diable, puis Bucher. ( ex: Jeanne d'Arc: Schizophrène? )
De la sortie des ténèbres à la Renaissance.
Entre 1000 et 1300:
Réveil de la vie Intellectuelle.
- Création des Universités en Europe.
- Redécouverte des textes d'Aristote. => Croisades. Traduit de l'arabe au latin.
Aristote: père de la science: Méthode d'observation et classification.
Et façon de faire: Comment j'organise ma pensée?
St Thomas d'Aquin ( 1225 - 1274 ) => Réhabilite la raison face à la croyance religieuse.

Émergence de la science moderne:
Nicolas Copernic ( 1473 - 1543 )
Galilée ( 1564 - 1642 ) => Mouvement des planètes.
Déterminisme: causes à effets

Le sort des patients "s'améliore".
Philippe Pinel ( 1745 - 1826 )
=> Leader de la révolution française.
=> Directeur de Bicêtre.
Il enlève les chaines aux patients, même si ils sont encore isolés.
Mais on commence à l'observer, à noter les informations et à catégoriser.
Les "fous" ne sont pas tous "fous" de la même façon.

Emile Kraepelin ( 1855 - 1926 )
=> Traité de psychiatrie. Peut être la première classification moderne.
Pour transmettre son savoir: il a créé des catégories, il a pu faire la différences entre la Démence précoce ( ensuite appelée Schizophrénie. ) et la démence sénile.
Mais on ne dispose de rien pour les guérir. Assez démuni par rapport à cela.

Freud => Invention de la psychanalyse.
Intérêt pour la Coc' car il n'y avait rien pour soigner les patient: première approche chimique.

Conception de l'origine organique
Pasteur: => Lien entre micro-organisme et maladie.

Julius Wagner von Jauregg: => Prix Nobel en 1927.
Il a mis au point la malaria thérapie.
Il guérissait les gens en leur donnant la malaria.
Il avait observé que des gens avec une démence précoce une fois qu'il attrapait la malaria, la démence disparait.
A cause du mal de Naples: les soldats de François Premier avait ramené la syphilis.
Cela provoqué une dégénérescence neurologique. La malaria tuait la bactérie de la syphilis.
C'est un traitement qui a été utilisé jusqu'à la découverte de la pénicilline. ( 1941 )

Développement de la psychopharmacologie.
Dans les années 50 les traitements des troubles mentaux prennent un tournant majeur grâce à la psychopharmacologie.
Delay et Deniker découvrent la chlorpromazine. Pour calmer les gens sous psychotiques.
Au début utilisé comme anesthésiant.
( On invente le terme: neuroleptique.) Des 1952: la chlorpomazine est commercialisée.
1957: Kuhn découvre l'effet de l'imipranine. On cherchait un neuroleptique, anti-psychotique.
Ce produit n'était pas anti-psychotique mais antidépresseur.
Développement des molécules pendant les 10 ans avenir.
Dans les années 70, courant "Anti-psychiatrie" prise en compte de la maladie, repositionner la maladie dans le contexte social. Le "fou" a une fonction dans le système.


Perspective bio-psychosociale.
Facteur de vulnérabilité.
Facteurs biologique <=> Facteurs sociaux.
En étudiant ces facteurs on essaye de faire de la prévention: ( OMS )
- prévention primaire: j'essaye d'éviter le problème.
- prévention secondaire: j'essaye d'identifier le problème le plus vite possible. / Détection lorsque le problème à lieu.
- prévention tertiaire: on essaye de limiter les conséquences de la maladie.
- prévention quaternaire: soins palliatifs...
Problème en France plutôt prévention primaire alors que pour le développement humain, ça rime à quoi? Peut être le mieux, serai prévention secondaire: pour intervenir sur la personne, l'enfant qui a le problème. Pas sur les autres.

Définitions:
- Manie: ( du grec mania = folie ) Ancienne dénomination de la folie ( actuellement ce terme désigne un trouble de l'humeur. )
Phases de manie: Phases d'hyperactivité, proche du comportement psychotique.
- Névrose: ( du grec neuron = nerf, et ôsis = suffixe pour former les noms de maladies non inflammatoire ) Trouble fonctionnel apparaissant en l'absence de toute lésion organique caractérisé par une perturbation émotionnelle et par des troubles psychiques donc le sujet est conscient.
- Psychose: ( grec psukê = esprit et ôsis )
Ensemble des maladies mentales caractérisées par la perte du contact avec la réalité.

II - Notion de normalité:
Si on veut décrire un comportement: 2 dimensions.
- Quantitatif: Combien il est bizarre.
- Qualitatif:
Comment juger un comportement de manière objective?

Définition d'un trouble mental:
- Syndrome comportemental ou psychologique ( cliniquement significatif ) => Dépend d'un jugement clinique: juger le comportement normal ou non selon ce que l'on ressent dans la relation clinique entre le psychiatre et la patient.
Outil objectif s'utilise dans la subjectivité la plus totale => Danger.
La vrai objectivité, c'est de savoir que l'on ne l'est pas. ( on est subjectif. )

=> Souffrance. Mais pas de questionnaire sur la souffrance.
=> Déviance sociale. Mais c'est quoi la norme?
=> Handicap. Est ce que le comportement amène un handicap à la personne? Est ce que ça l'empêche de fonctionner comme le milieu s'y attend? Très contextuel, dépend de l'environnement, de la culture...
Mais les normes sociales évoluent, avant Homosexualité, trouble mental.

Notion de continuum:
Normal(Fonctionnement effectif ) => Anormal ( Désorganisation de la personnalité. )
Étrangeté du comportement.
Persistance du comportement.
Effet sur le fonctionnement.
( Intensité / Durée / Effet sur le fonctionnement. )
=> Augmentation de la sévérité =>

NINDI:
- Non adapté ( ne répond pas aux attentes, mais contexte important! )
- Imprévisible ( a quel moment, imprévisibilité non adaptative? )
- Non Conventionnel ( qu'est ce qui est conventionnel? )
-Détresse
- Irrationnel.
III- Classifier les troubles mentaux.
- Définitions:

Taxonomie: système de classification en catégories ( éthologie, végétaux )
- éthologie humaine = observation des comportements dans le milieu naturel. Débute dans les années 60
Nosographie: Classification en catégorie en psychiatrie. ( conceptualisation et communication et donc traitement et pronostic )
Étiologie: science des causes, recherche des causes des maladies.
Pathogenèse: mécanismes, procédés par lesquels les causes déclenchent les maladies.
Vulnérabilité: sous-entend une interaction nécessaire entre facteurs organiques et contextuels pour déclencher la maladie.
Facteur de risque: toute ce qui peut augmenter la probabilité de développer la pathologie.
Symptôme: signe visible de dysfonctionnement. Signe observable renvoyant à une donnée cachée dont il témoigne. Ex: fièvre => infection.
Syndrome: ensemble typique de symptômes propres à une maladie.

Symptômes Syndrome Diagnostique
- Tristesse
- Problème de sommeil
- Problème d'appétit Syndrome 1 Dépression majeure
- Idées Suicidaires Trouble bipolaire
- Ralentissement psychomoteur ( si syndrome maniaque )
- Problème de concentration

- Problème maritaux Syndrome 2
- consommation d'alcool Trouble lié à une substance

- Diagnostic et classification:
Classifier pour pouvoir donner un diagnostic.
Objectif d'une classification:
1 - Donner une nomenclature c'est à dire un langage commun aux professionnels.
2 - Servir de base pour organiser et retrouver des informations.
3 - Décrire un schéma commun de description des symptômes.
4 - Fournir des bases de prédiction.
5 - Former la base pour le développement de théorie
6 - Servir des fonctions socio-politiques.
=> Le choix de la classification à des conséquences dans le fonctionnement de la société.
Résumé: La connaissance d'un diagnostic doit aider le clinicien à se faire une idée sur l'étiologie, le traitement et/ou le pronostic.

- Modèles de classification:
Approche idiographique:
=> étude de cas, phénoménologique. Intérêt pour la variabilité intra-individuelle.

Approche dimensionnelle:
=> Je regarde où chaque individu se situe par rapport à des variables. Plus d'information car combinaison du quantitatif et du qualitatif.
Approche catégorielle:
=> Qualitatif DSM IV

- DSM IV et CIM 10:
Émile Kraepelin ( 1855 - 1926 ): proposition d'une première nosographie.
Distinction démence précoce et démence sénile.
- Après la seconde guerre mondiale: besoin d'indemniser les vétérans donc d'abord de les classer.
- CMI 6: 1950; Classification Internationale des Maladies en générale: => Maladies qui entrainent de la souffrance mais pas forcément la mort.
- 1952: DSM - I: Diagnostique and Statistical manuel of Mental Disorders: 60 catégories.
- 1968: DSM - II: 145 catégories.
- 1980: DSM - III: 230 catégories mais pas toujours très scientifique.
A partir de là il y a une coordination pour coller au CIM.
- 1987: DSM - III R: décision fondées sur les recherches empiriques. Multi-axial: possibilité d'avoir différent diagnostics.
- 1994: DSM - IV: 400 catégories, colle avec le CIM 10
- 2001: DSM - IV TR
- 2011: DSM V.

- DSM - IV TR:
1) - Syndrome cliniquement significatif ( intensité, durée, fonctionnement )
2) - Il ne s'agit pas d'une réponse "normale" face à un événement ( ex: deuil )
3) - Syndromes pas fondés seulement sur les traditions de la société.
4) - Description d'une hiérarchie entre symptômes et syndrome ( a-théorisme descriptif, liste des critères. )

- Caractéristiques du DSM - IV TR:
- Evaluation multi-axiale:
Axe I : troubles cliniques ( dépression, schizophrénie... )
Axe II: troubles de la personnalité et retard mental
Axe III: Affections médicales générales
Axe IV: Problèmes psychosociaux et environnementaux
Axe V: Evaluation globale du fonctionnement.

- Avantage du DSM - IV TR:
Classification a-théorique:
- Clinique: langage commun pour une communication sur les patients entre professionnels de différentes perspectives, diagnostic plus fiable.
- Recherche: description des symptôme ( les causes peuvent ensuite être abordé avec toute théorie )
Partage d'informations au niveau international
- Comorbidité: lien qu'il y a entre deux maladies.

- Limite du DSM - IV TR:
Classification a-théorique
- Comment une classification peut-être a-théorique? assomptions de bases non explicites ( ex: hiérarchie des symptômes et des syndromes... )
- Limite de l'approche catégorielle
- Difficulté de prendre en compte l'aspect environnemental
- Étiquetage et réification.
- Codage:

Axe I: F32.2 ( CMI ) [ 296.23] => Trouble / Caractérise le trouble. ( DSM - IV )
=> Trouble dépressif majeur, épisode isolé, sévère, sans caractéristiques psychotiques.
F10.1 [305.00] Abus d'alcool
Axe II: F60.7 [ 301.0 ] Personnalité dépendante.
Axe III: Aucun
Axe IV: Peur de perdre son travail
Axe V: EGF = 35 ( actuel )

- Problème d'étiquetage:
2 théories:
=> étiquetage primaire: courant anti-psychiatrie. La société va créer la folie. Cristallisation du trouble par la société qui à la base n'en était pas vraiment un. Source de stigmatisation. Société qui détermine les comportements normaux ou pas.
=> étiquetage secondaire: poser un diagnostic peut influencer la maladie. Le regard social va ainsi changer.

Mais quel va être l'impact de poser un diagnostic sur une personne?
Parfois positif mais parfois négatif!

Résumé:
1 - Classification des comportements anormaux permet:
- un pronostic
- de planifier l'intervention
- rechercher les origines
2 - Il existe 3 type de classification:
- idiographique
- dimensionnelle
- catégorielle
3 - Deux systèmes internationaux: DSM IV TR ( APA ) et CIM II ( OMS )
Systèmes a-théoriques pour:
- un langage commun entre les différents acteurs en contact avec le patient quelle que soit leur perspective.
- une plus grande fiabilité dans l'établissement des diagnostics.
4 - DSM IV permet une évaluation multi-axiale. Les axes les plus importants sont l'axe I qui décrit les troubles cliniques et l'axe II qui décrit les troubles de la personnalité.
5 - Le risque des systèmes de classification est la classification et l'étiquetage des patient. Deux variantes: La théorie primaire: l'attribution d'une étiquette est en en fait responsable du développement du comportement anormal. La théorie secondaire: l'attribution d'une étiquette peut stigmatiser un individu et provoquer un changement de regard des autres ainsi que la façon dont il se perçoit lui-même entravant les chances de réhabilitation.

IV - Description de troubles mentaux.
1 - La schizophrénie.
Ex: étudiant, après relation sexuelle, grand changement pour lui, deuxième vie: se prend ensuite pour une sorte de messie religieux, il commence à avoir de hallucinations.
Ex: femme, problème travail: se méfie des tuyaux de gaz partout ou elle va, puis peut devenir responsable de la mort de milliers de gens.
=> Deux cas que l'on peut considérer comme de la schizophrénie.
Pour premier cas: psychose aiguë bon pronostic de "rémission".
Mais deuxième cas: beaucoup plus de mal pour s'en sortir.
Prévalence: 0,2-1%. ( personne qui est ou deviendra schizophrène. )
Alors pourquoi beaucoup d'importance?
Car c'est une sorte "d'archétype de la folie" pour notre société. Maladie très impressionnante.
Destructeur pour la personne mais pour l'entourage aussi.
Sorte d'impuissance face à se trouble.

- Emile Kraeplin => Démence précoce.
- Eugen Bleuler ( 1857 - 1939 )
=> terme de schizophrénie.

C'est un trouble psychotique: perte de contact avec la réalité.
Schizophrénie: ( grec schizé: coupure, clivage, dissociation et phrênos: réalité. )

Symptômes caractéristiques:
- Dérangement du contenu de la pensée: ( La personne peut être dans des délires totalement coupé de la réalité. ) ( mais faire différence entre idées bizarres et pensées délirantes. ) ( histoires qui sortent de l'ordinaire: mais vrai ou non? )
- Dérangement dans la forme de la pensée: Passage du "coq à l'âne" pas de connexion directe, rationnelle, le discours semble incohérent.
- Perception faussé: Voir ou entendre des choses qui n'existent que pour la personne: hallucinations visuelles et auditives.
- Perturbations dans l'expression des émotions: émotions qui vont être très resserrée sur le spectre des émotions; Ou émotions incongrues: rire pour obsèques... ( symptôme négatif )
- Perte d'énergie et de motivation: parfois symptômes proches de la dépression: faire la part des choses.
- Retrait social.

Phases de la schizophrénie:

- Phase prodromique: phase de déclin, mais où on se sent plus en adéquation avec le monde. expériences sensorielles très particulières. conscience plus élevé du monde et de soi même.
Mais contexte joue beaucoup. État de conscience modifié. Généralement une phase associé à une perte d'identité. Symptômes négatifs.

- Phase active: Symptômes positifs: type hallucinations visuelles, auditives. Idées délirantes. Et négatifs.

- Phase résiduelle: Plutôt symptômes négatifs, perte d'énergie et de motivation, retrait social.
( sorte de manque de comportement attendu. ) Manque d'hygiène.

Problème de la médication: Déjà trouble dont la personne n'a pas conscience.
Mais au bout d'un moment dans la prise de traitement retour à la réalité donc "non je ne suis pas fou" arrêt du traitement => reprise.

Critère DSM-IV:
Au moins 2 symptômes: comme Avoir des idées délirantes ou hallucinations ou comportement/ discours désorganisé, comportement catatonique, symptômes négatifs...
Phase active pendant un mois.
Dysfonctionnement: rôle dans la société, effet au travail, avec la famille...
Au moins 6 mois: phase prodromique + active + résiduelle.
Exclure: que ça soit pas du à autre chose: ex: troubles dépressifs + comportement type schizophrénie = comportement schizo-affectif .
De plus, faire attention aux prises de substances.

Sous-type de la schizophrénie:
=> Type désorganisé ( discours ou comportement désorganisé ) / paranoïde ( schizophrénie à "thème" ) / catatonique / indifférencié.
Faire la différence idées bizarres / hallucination parano.

Autres trouble: - trouble schizophrénieforme: durée moins longue / fonctionnement n'est pas dégradé. Forme "légère."
- trouble schizo- affectif: épisodes dépressifs en même temps que des épisodes psychotique.
- Trouble délirant: idées bizarres
- Trouble psychotique bref: moins d'un mois.
Age au diagnostic:
Voir graphique!
Devenir des patients:
12,2% des patients qui ne vont faire qu'une crise.
14,6%: plusieurs crises.
17,1% plusieurs crises mais qui vont gardé entre les crises un dysfonctionnement.
33% plusieurs crises qui vont en s'aggravant, sans récupération entre.
11% Une seule crise mais garde dysfonctionnement après.

Étiologie:
Biologie: quelques pistes: - génétique: dans une famille où il y a un cas de schizophrénie, plus de chance de faire des crises.
- images du cerveau: ventricules de tailles différentes par rapport à la normale.
- Système dopaminergique.
Vulnérabilité:
Voir Graphique
Suivant vulnérabilité de la personne et les contraintes de l'environnement.

Les traitements:
Médicaments: - neuroleptique ou antipsychotique.
- Réserpine
- Chlorpromazine
- Halopéridol
- Benpéridol.
Effets secondaires: la dyskinésie, tardive, irréversible ( mouvements involontaires. )
Psychothérapies. - psychosociale: support et conseil.
- Thérapie comportementale et cognitive: entraînement au habilités sociales. pattern de communication.

Résumé:
1 - Symptômes de la schizophrénie:
- contenu et forme de la pensée.
- perception
- émotion
- dynamisme ou motivation
- sociabilité
2 - Trois phases dans la schizophrénie:
- Phase prodromique.
- Phase active.
- Phase résiduelle.
3 - Critère du DSM-IV:
- 2 parmi: - hallucinations, délires, comportements désorganisés, discours désorganisé, symptôme négatifs
- Durée: minimum 1 mois: phase active et 6 mois au total.
- Dysfonctionnement.
4 - Quatre sous-types: Désorganisé, Catatonique, Paranoïde, Indifférencié.
5 - Diagnostique différentiel:
- Trouble schizo-affectif: épisode thymique.
- Trouble schizophrénieforme: durée moins de 6 mois / pas de problème de fonctionnement.
- Trouble psychotique bref: Durée jusqu'à un mois.
- Trouble délirant: idées délirantes non bizarres.

2 - Le trouble dépressif majeur.
Au niveau historique: Théorie humorale.
Trouble mental: Déséquilibre des humeurs avec la Bile noire qui provoque la mélancolie.
Dans notre société occidentale dans les années 60, la dépression n'est pas reconnu. Quand en 1956 on demande de développer une molécule qui soigne la dépression, les laboratoires refuse car il n'y a pas de marché.
Puis dans les années 80: développement de molécules plus légères: ex: prozac = peut provoquer le suicide chez les jeunes mais les laboratoires le savaient avant de le mettre sur le marché.

- Caractéristiques: Humeur ou thymie. J. Delay. 1946
" Disposition affective de base qui donne à chacun de nos états d'âmes une tonalité agréable ou désagréable oscillant entre les deux pôles extrêmes du plaisir et de la douleur."
Les caractéristiques de la dépression sont des problèmes émotionnels, des problèmes somatiques ' se traduit biologiquement: problème de sommeil, d'alimentation => perte d'appétit, ou compensation. et des changements cognitifs: problème de concentration, les modes de pensée d'habitude simple, deviennent plus difficile.
Pour l'environnement, la dépression est très difficile.

- Notion de continuum:

Étrangeté du comportement
Normal Persistance du comportement Anormal
( fonctionnement effectif ) Effet sur le fonctionnement ( désorganisation de la perso )
=>Augmentation de la sévérité. =>

Barbara
Grand Karibou
Grand Karibou

Messages : 219
Date d'inscription : 08/11/2008
Age : 26
Localisation : Pessac

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/the_dark_heart_666

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  apple le Dim 7 Fév - 17:40

merci Smile

apple
Psychopathe
Psychopathe

Messages : 41
Date d'inscription : 11/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  margolitoo le Mer 17 Fév - 13:04

Hé. J'ai pas pu assister à un ou deux cours de Compagnone, et j'voulais savoir, il a pas fini la classification des troubles mentaux? Enfin après la dépression, il a fait qlq chose, ou il est passé directement à l'approche systémique?

margolitoo
Psychopathe
Psychopathe

Messages : 94
Date d'inscription : 18/12/2008
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://myspace.com/leslacetsdesfees

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  Barbara le Mer 17 Fév - 15:50

Euh là il manque la fin du cours, un petit bout que j'ai toujours pas pris le temps de taper!
Mais sinon on passe directement à l'approche systémique! Smile

Barbara
Grand Karibou
Grand Karibou

Messages : 219
Date d'inscription : 08/11/2008
Age : 26
Localisation : Pessac

Voir le profil de l'utilisateur http://www.myspace.com/the_dark_heart_666

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  Adeline le Mer 17 Fév - 20:36

Je me suis posé la même question mais il semblerait qu'il soit directement passé de la dépression à l'approche systémique.

Adeline
Psychopathe
Psychopathe

Messages : 75
Date d'inscription : 09/12/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Compagnone - Trouble dépressif

Message  margolitoo le Ven 23 Avr - 17:46

Est ce que tu pourrais mettre le petit bout de cours qu'il manque dont tu parlais? Ce serait super gentil

Bon courage les gens.

margolitoo
Psychopathe
Psychopathe

Messages : 94
Date d'inscription : 18/12/2008
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://myspace.com/leslacetsdesfees

Revenir en haut Aller en bas

Taxo

Message  nalla le Mer 28 Avr - 18:12

Quelqu'un aurait-il le cours détaillé svp?

nalla
Schizophrene
Schizophrene

Messages : 20
Date d'inscription : 16/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  caro le Mer 28 Avr - 19:50

Beh... C'est le cours détaillé là... Il me semble bien en tout cas

caro
Psychopathe
Psychopathe

Messages : 92
Date d'inscription : 09/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  apple le Dim 2 Mai - 16:03

bonjour! j'ai une petite question de dernière minute: pour le codage du dsm IV, ce qui est entre [ ] c'est le codage du CIM ou du DSM??

apple
Psychopathe
Psychopathe

Messages : 41
Date d'inscription : 11/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  margolitoo le Dim 2 Mai - 16:14

Entre crochet c'est le codage du CIM
Tu pourras ptetre répondre à ma question. Ya t-il une véritable différence entre les deux nosographies?Et si il y a une différence alors pourquoi faire référence au CIM dans le DSM. D'ailleurs même si il n'y a pas de différences, pourquoi utiliser deux nosographies.. Pourquoi utiliser l'une plus que l'autre
Un peu brouillon, mais en gros pourquoi!
=)
Jpense pas de toute façon que compagnone posera bcp de questions sur ca étant donné qu'il s'est pas trop attardé dessus en cours

margolitoo
Psychopathe
Psychopathe

Messages : 94
Date d'inscription : 18/12/2008
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://myspace.com/leslacetsdesfees

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  Sonia le Dim 2 Mai - 16:54

Salut, il n'y a plus de réelles différences entre DSM et CIM.
Je vous rappelle:
CIM: classification internationale de l'OMS
DSM: classification américaine

Quand au pourquoi utiliser les deux: vu que pour l'APA le DSM est roi, il faut bien mettre les correspondances pour continuer à se "comprendre" par exemple dans les travaux de recherches.

J'espère avoir été assez claire! lol

Sonia
Serial killer
Serial killer

Messages : 36
Date d'inscription : 14/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  apple le Dim 2 Mai - 18:15

merci pour vos réponses Wink bon courage pour demain

apple
Psychopathe
Psychopathe

Messages : 41
Date d'inscription : 11/11/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  Sonia le Dim 2 Mai - 19:05

D'ailleurs en parlant de ce qui peut tomber ou pas: à mon avis, retenez bien le truc "éco-auto-re-organisation", parce qu'il a posé une question sur ça les deux dernières années (avant je ne sais pas je n'ai pas regardé les anciens sujets).

Pour ceux qui ne voient pas de quoi je parle c'est à la page 4 du poly "Introduction à la systémique: de la théorie à la pratique".

Merde à tous!!!

Sonia
Serial killer
Serial killer

Messages : 36
Date d'inscription : 14/12/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  margolitoo le Dim 2 Mai - 22:59

Je sais pas, ca m'étonnerait qu'il fasse encore tombé cette question. Je pense plutôt qu'il posera des questions sur d'autres points de l'approche de minuchin ou de la méthode systémique. Et pourquoi pas aussi des questions sur la dépression puisqu'il y a deux ans c'est sur la schizophrénie qu'il a demandé des précisions.
Enfin les pronostics ne servent à rien nous le savons bien, nous sommes entre les mains du destin!
En tout cas ce que j'espère c'est que ca sera sous la même forme que l'année dernière, c'est à dire 3 sujets dont 2 choix, ce qui nous permettrait à tous de pouvoir faire l'impasse sur Strayer!

Merde à tous

margolitoo
Psychopathe
Psychopathe

Messages : 94
Date d'inscription : 18/12/2008
Age : 27

Voir le profil de l'utilisateur http://myspace.com/leslacetsdesfees

Revenir en haut Aller en bas

Re: Classification des troubles mentaux

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 15:31


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum